L’art de séduire : le rôle de la culture populaire dans la séduction chez les hommes

Le cinéma, les films, les dessins-animés pour les plus jeunes et plus récemment, Netflix. Toute cette culture populaire a eu un rôle essentiel dans la façon de séduire une femme. Autant chez les hommes que les femmes, certains codes sont très ancrés dans leurs esprits. Néanmoins, les idées reçues commencent progressivement à changer. Désormais, l’homme n’a pas systématiquement le rôle du méchant qui brise les cœurs des demoiselles. À l’inverse, les femmes peuvent endossées le rôle du “mauvais personnage”. Nos techniques de drague ne sont qu’un grand condensé d’un ensemble de comportements et attitudes reprises des personnages et acteurs de films. C’est de là qu’est né l’art de séduire, une nouvelle manière pour les hommes de conquérir le cœur des femmes. 

art-seduire

La séduction amoureuse : Les stéréotypes autour de l’homme et de la femme

Vous avez très certainement visionné un certain nombre de films dans votre existence. Si nous revenons aux années 90, les scénarios des films étaient généralement identiques : on avait un couple hétérosexuel puis au bout de quelques temps, l’homme se décida à tromper sa partenaire avec d’autres femmes. Une fois qu’il obtint ce qu’il voulait avec chacune d’entre elles, il les délaissait. Cela a fortement joué dans l’image du “mec connard” qui a besoin de séduire systématiquement, métaphore si souvent reprise sur les sites féminins liées à la séduction. Ainsi, l’éducation sentimentale et sexuelle donnée par les parents à leur petit garçon partait bien souvent sur cette image. Le père disait à son fils qu’il fallait être fort, grand, intelligent, insensible et intransigeant vis-à-vis de la gente féminine. Finalement, on ne peut même pas traiter le père de fautif malgré le fait qu’il n’ait pas su faire la différence entre le virtuel et le réel puisqu’il a considéré comme vérité absolue ce qu’il a pu voir dans les films. C’est de là qu’il se voyait naturellement transmettre cette éducation à son fils. Il en est de même pour les femmes. Reprenons l’exemple du film typique des années 90 avec un couple hétérosexuel. L’homme s’amuse de conquête en conquête (en cachette, bien entendu) et a du succès avec les femmes. Il détient le rôle de “méchant“. Quant à sa conjointe, elle est sensible, attentionnée, douce et ne cherche pas à plaire aux hommes mis à part son mari. Elle a alors le rôle de “gentille“. Suite à cette classification des comportements masculins et féminins représentés dans la culture populaire, les hommes et les femmes ont commencé naturellement à adopter les comportements qui leur sont dédiés dans ces films. Ils sont devenus la norme et tout autre comportement pourrait être jugé comme “non-conforme” à la société. Si nous restons sur ces idéaux, il est donc impossible pour une femme célibataire ou mariée d’aller séduire un homme sans être pointée du doigt. Voilà pourquoi peu de femmes osent draguer à l’heure actuelle.

Un mâle attirant et séducteur qui maîtrise l’art de séduire, c’est un homme confiant qui n’hésitera pas à s’astreindre des stéréotypes pour se comporter en société comme il le souhaite. Cette différence dans son comportement avec les autres hommes le rendra obligatoirement plus sexy vis-à-vis des femmes car elles feront face à un comportement d’homme qu’elles n’auraient jamais (ou peu) vu auparavant.

L’art de séduire : Oublier définitivement les stéréotypes en séduction

En oubliant définitivement tous les comportements stéréotypés en séduction, les femmes seront plus libres de leurs actes et n’auront pas à systématiquement réfléchir pour savoir quel comportement adopter en société. Finalement, si un homme endosse le rôle de “séducteur actif”, c’est uniquement parce qu’on lui a répété et appris qu’il s’agissait de l’unique méthode de séduction à appliquer pour augmenter ses chances de séduire et plaire aux filles. Si la culture populaire, à travers les films, les séries télévisées, les dessins-animés et autre n’était pas aussi binaire, les hommes n’associeraient pas systématiquement la passivité en séduction aux femmes comme celles-ci seraient en mesure de comprendre qu’un homme ne doit pas être nécessairement dans une phase de séduction active. Les deux techniques de drague peuvent être inversées chez l’homme et la femme. On ne devrait plus être choqué devant une femme qui fait le premier pas dans une boîte de nuit ou qui paie une bière à un homme qu’elle courtise et qui essaye de le séduire. L’art de séduire passe avant tout par le fait de ne pas montrer que nous ne sommes pas dans une phase de séduction. Aujourd’hui, des plateformes comme Netflix peuvent jouer un rôle important dans la déconstruction des stéréotypes en séduction. Dans la plupart des films et séries sur cette plateforme, nous pouvons constater que :

  • Les hommes n’endossent plus systématiquement le rôle du “méchant”
  • Les femmes peuvent avoir le rôle de la “méchante” et ne plus être dans le camp des “gentils”
  • L’absence de comportements manichéens chez les hommes et les femmes

Par exemple, la série espagnole Elite est très intéressante à analyser pour comprendre ce processus de déconstruction des stéréotypes en séduction. Dès la première saison, on s’aperçoit que les femmes de la série sont insensibles aux avances des hommes, qu’elles n’ont pas (ou très peu) de sentiments à leur égard et qu’elles n’hésitent pas à faire le premier pas quand un mec leur plaît. Et inversement, certains hommes dans Elite endossent la casquette de “l’homme gentil et sensible”, adorable et fidèle, à la recherche de l’âme-sœur. Cette rotation de comportement est très intéressante à observer. Elle permet non seulement de décortiquer les nouveaux comportements mis en avant dans la culture populaire de notre époque mais aussi de voir que les attitudes des hommes et des femmes sont interchangeables. Auparavant, les hommes pouvaient se sentir gênés à l’idée de se faire draguer par une femme et être en position de faiblesse. Aujourd’hui, ces stéréotypes commencent peu à peu à être balayés.

Véhiculer le changement chez les mecs 

La culture populaire (le cinéma, la musique, les jeux-vidéos, les films, etc) a un rôle très important dans les comportements humains. Nous avons le mauvais réflexe d’imiter ce que nous voyons chez les autres. Généralement, ça commence avec le cercle familial. Puis, avec l’âge, on commence à s’inspirer de nos grands-frères et personnes plus âgées que nous alors qu’eux-mêmes ont copié leur comportement autre part. On appelle cela le mimétisme et la culture populaire en est à la source. Par exemple, Netflix s’est montré fortement actif dans la cause du mouvement LGBT. Dans les anciennes séries télévisées, les personnages homosexuels ou lesbiennes avaient des rôles minimes et n’étaient jamais mis au coeur de l’intrigue. Cette mise en retrait de ces individus dits minoritaires ne pouvait pas permettre aux hommes homosexuels de l’affirmer au grand public puisqu’ils avaient peur de passer pour des personnes bizarres et étranges auprès de leur entourage. Le courant des années 90 a été marqué par le début de la montée en puissance des personnages LGBT au centre des films et séries télévisées. Il n’est plus rare ni choquant de retrouver un couple gay au centre d’une histoire par exemple.

Ce petit aparté a été volontairement exposé afin de montrer que l’image de la femme active et entreprenante n’est pas encore bien vue car elle n’a pas été totalement intégrée dans notre culture populaire malgré le fait que l’on voit de plus en plus de femmes endosser le rôle de “séductrice”. Aujourd’hui, il n’est plus rare de voir une fille demandée le numéro d’un mec en boîte de nuit. Ce changement de mode de pensée permettra de faire de la drague, un véritable art de séduire dans lequel les hommes pourraient agir librement sans être contraints d’adopter des comportements stéréotypés pré-dictés par la société.

 

Laisser un commentaire